Avoir les cheveux bleus lorsque l’on ne s’appelle pas Léa Seydoux.

bleu« Hé, la vie d’Adèle là !». 

« Hé, on dirait Clementine, de Eternal Sunshine of machin…» 

« Hé, tu t’es inspirée de la meuf dans Scott Pilgrim ?»

Merci, mais j’ai un prénom aussi. Et non, bordel, je n’avais même pas encore vu Scott Pilgrim lorsque je me suis teint les cheveux en bleu. Et je ne savais pas non plus que Kechiche avait eu la même idée pour son actrice.

La vérité est que l’envie me prit comme l’achat d’une fringue de couleur pétante où d’un vernis à paillettes. Changer d’air, égayer l’atmosphère. Et ne pas avoir de comptes à rendre à qui que ce soit. Si je me suis inspirée de quelque chose pour avoir cette fabuleuse envie de porter des cheveux bleus, c’est peut être bien du nombre incalculable d’heures que je passe sur weheartit où des nanas ont les cheveux bubblegum à tout va. C’est tout. Ni Léa, ni Clémentine, ni Ramona Flowers, alors lâchez moi la grappe.

bleuu

Ceci dit, discutons-en, des cheveux bleus, ou de façon plus large, des cheveux couleurs arc en ciel. (Bien sur, nous ne parlons pas ici des trois mèches noisettes dans la crinière choco. Ni même des deux trois pointes que certaines personnes se font histoire de dire que. Tout à fait honorable. Evidemment, je parle là des nuances stabilo. )

Non, ressembler à un petit poney n’est pas uniquement le délire de it-girls nommées Katy Perry, Charlotte Free ou cette Léa Seydoux. Ce n’est pas réservée qu’au punks ni au lolitas japonaises non plus.

Tel la télé en couleur en 1967, la tignasse flashy se démocratise dans la rue, les magazines, dans les blogs hypes (je nomme l’incontournable Audrey Kitching) et dans les défilés de mode. Mais les mentalités sont-elles réellement prêtes pour voir des nanas débarquer avec des tifs style LSD? Je ne le crois pas. L’excentricité intrigue mais c’est un courant qui devient seulement plus familier. Au fin fond du pays on agite encore le mono sourcil devant cette débandade de couleurs.

Charlotte Free pour la Fashion Week 2012

free

Audrey Kitching

audrey

En attendant qu’un jour la France s’ouvre d’esprit, je vous invite à découvrir mon expérience et à rejoindre le clan des petits poneys qui en ont rien à cirer de La Vie d’Adèle:

Vouloir et par la suite avoir des cheveux bleus implique:

  • Trouver un coiffeur qui fasse exactement ce que tu veux, ce qui révèle quasiment de l’impossible car non tu ne veux pas de lissage et de balayage merdique, donc tu vas devoir faire copain copain avec le monsieur du bouiboui de Barbès qui vend des teintures Crazy Colors.
  • Devoir passer par la case décoloration et faire ensuite appel au Doc Frankestein et à des soins qui coûtent la peau des fesses histoire de ramener tes cheveux à la vie.
  • Te faire ta couleur toi même et finir en guerre du Vietnam capillaire. Et si c’est raté, c’est VRAIMENT raté.
  • Que l’on juge ta teinture comme une crise d’adolescence tardive.
  • Prendre les transports en commun et te coltiner des regards haineux comme si t’étais une abomination de la mère nature qui se serait totalement foirée sur toi.
  • Te faire aborder par des jouvenceaux au QI – 100 qui trouvent dans tes cheveux pastel des techniques d’approche douteuses.
  • Recevoir beaucoup de compliments de la part des papys fumant leur clope brune devant le PMU du coin.
  • Vivre ta moindre expédition à l’extérieur comme une aventure. Sans oublier de citer l’impossibilité de passer discrétoss nul part.
  • Ne pas trouver de boulot. Ou passer des entretiens qui ressemblent plus à des auditions ou a des tests de QI.
  • Bannir la baignade en piscine. Quand tu prendras ton premier bain bleu tu comprendras.
  • Assumer que tu ne fais pas naturelle. Mais pas moins que Marilyn ou Scarlett avec leur blond platine.
  • Porter des vêtements qui vont être trop classes avec tes nouveaux cheveux et dans les quels tu va te sentir rayonnante car pleine de couleur.
  • Admettre que le bleu, c’est beau.
  • Déprimer car lorsque ta couleur commencera à se faire la malle ce sera moche, vraiment moche.
  • Résister à la tentation de te tartiner sur le crâne des myrtilles pressées afin de cacher tes racines et de retrouver un peu de dignité.

Alors voilà. Si t’en as marre de retrouver la trop belle robe d’H&M que t’as acheté l’autre jour sur une nana quelconque au bureau et que le pire c’est que ça lui va peut être mieux qu’à toi, les couleurs délires sont tes nouvelles amies. Bleu, vert, rose, violet, orange, argenté… Au moins personne n’aura les mêmes cheveux que toi. Plus peur de retrouver ton «blond cendré» sur la tête de Brigitte ou ton «marron glacé» sur Marie Chantal.

cute

( that’s not me but a so cute girl)

 Avec une couleur de ce genre, tu seras LA fille unique, originale et aventureuse, appellation singulière aussi appétissante qu’un caldoss abandonné depuis quelques jours dans le frigo.

Un peu de lucidité jeunes filles !

Juste deux trois derniers trucs. Un coiffeur choisirait ta colo en fonction de ton teint de peau afin de sublimer le tout. Que tes cheveux se prennent pour Avatar n’est raccord avec la teint naturel de personne MAIS, comme pour les fards à paupières que l’on applique sur nos yeux en fonction de nos différents iris, une couleur sur les cheveux peut également s’accorder avec le ton de notre peau et nous sublimer, nous rendre un visage doux ou plus dur. Alors il ne faut pas non plus se foirer sur le choix de la couleur.

crazycolor

Ensuite, les colorations Crazy Color ou Stargazer que j’utilise (évidemment il y a un tas d’autres produits) ne contiennent pas d’ammoniaque et tu n’as pas l’impression d’assassiner ton portefeuille à chaque fois que tu t’en prends un tube, ils coûtent à peu près cinq balles. En revanche, à moins d’être blonde clair, il faut passer par la case décolo qui ne fait jamais plaisir, surtout pas à tes cheveux. A force, mes cheveux se prennent maintenant pour Rambo, mais je te conseillerais de réfléchir deux fois avant d’entamer une guerre qui fera agoniser tes pauvres cheveux qui n’avaient rien demandé à personne.

Pour finir, retour en maternelle. Ce genre de couleur ne « couvre » pas la couleur de base. Elle se mélange. Ce qui implique que si vous avez un blond un peu jaunâtre et vous appliquez du bleu… je vous laisse concevoir le binz… Il faut toujours faire attention à cela.

Qu’en pensez vous ? Avez vous déjà succombé à ce genre de désordre capillaire? Comment le vivez vous où l’avez vous vécu?

Sugar.

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s