Metallica, la folie des grandeurs

jameshChaque grand groupe a ses folies (commerciales, artistiques, musicales, live, discographie, merchandising, les fans, etc…), et quand je parle de grand groupe, je parle d’ÉNORME groupe, je parle d’immenses artistes ayant laissé une grosse empreinte non seulement dans leur style, mais aussi de manière plus générale et grand public. Je parle de ce genre de groupe dont tout le monde, c’est à dire même ta grand mère, connait au moins une seule chanson. Et de ce type de légendes, il n’y en a pas tant que ça, chez les groupes « à guitares bodybuildées ».
meta
and nothing else matters…
Aujourd’hui, je vais donc vous parler de Metallica, souvent appelé plus grand groupe de métal de la planète… chose que je ne nierais pas, mais que je ne prônerais pas non plus avant au moins plusieurs décennies.
Si je vous en fais un topo aujourd’hui maintenant tout de suite, c’est parce qu’il se trouve que ces derniers temps, le groupe fait très très fort. Je vous expose la situation:
Tout d’abord, la sortie du film «Metallica : Through The Never» (qui a bénéficié d’une distribution pourrie dans nos salles françaises).
Mais aussi: les frasques récentes concernant un prestation singulière qui aurait lieu AUJOURD’HUI outre mer, ainsi que des déclarations douteuses de Lars kiffemarythmique Ulrich à propos d’un chanteur à minettes.
Laissez moi vous en dire plus, vous ne serez pas déçus.

Originaux depuis toujours

Ce ne sont pas les premières grosses folies du groupe : en 1999 le spectacle metalosymphonique (avec le projet S&M) remplit de bonheur comme de haine leurs fans.
Quelques années après, ils fêtent la mort de Napster, qu’il avaient converti en une affaire personnelle et contre qui ils avaient mené une authentique croisade. Lars Ulrich s’était acharné contre Napster (pour les plus jeunes d’entre vous, Napster était le premier logiciel Peer To Peer) et l’image du groupe en est sortie ternie.
met
ou encore
hat
Rappelons également le film «Some Kind Of Monster» sorti en 2004, un documentaire montrant les Four Horsemen (un autre de leurs surnoms) en pleine crise interne (thérapie de groupe, combats d’égos puis cure de désintox’) adoptant le point de vue de leurs bosses. Le manager Cliff Burnstein, le prod Rob Rock et le « coach d’amélioration » Phil Towle se voient dans le film gérer malgré eux trois mômes capricieux ( le petit Kirk Hammet sait rester cool) qui doivent exécuter leur dur tache: enregistrer un disque. Le résultat ne sort pas moins de trois ans plus tard après la première entrée en studio, pour donner le monstre «St Anger»(un peu trop sous-estimé à mon goût), une sorte de concentré d’énergie, d’ailleurs une vraie libération pour James Hetfield où il donne de toute sa personne (et surtout ses ondes négatives) pour un album qui pourrait aider plus d’un alcoolique à sortir de son trou (mais c’est mon point de vue, encore une fois).
Une fois ce chapitre clos, Metallica repart donc de plus belle vers un public déjà conquis par son incroyable carrière. Il en décevra quelques uns, mais restera toujours sincère avec ses fans.
Entre énormes tournées, un album bien moulé (Death Magnetic sorti en 2008), un autre disque moins bien apprécié (le fameux «Lulu» avec le regretté Lou Reed, véritable catastrophe commerciale) et quelques surprises (Français pour une nuit, produit par Canal +, véritable cadeau pour les fans de l’hexagone) Metallica plane haut, très très haut.
lou
(Metallica et Lou Reed)

Trough The Never, l’Antarctique et Justin Bieber. On repart de plus belle.

On y arrive. Première folie toute récente du groupe : Through The Never. Un long-métrage en 3D sorti chez nous le 9 octobre dernier, par un petit distributeur, mais qui a eu la chance de bénéficier d’une jolie promotion (un marathon de 5 semaines en Europe pour Lars Ulrich et Kirk Hammet). Affiches dans le métro parisien, avant-première un peu partout en France avec une retransmission d’un Q&A de la moitié du groupe depuis le Grand Rex et enfin une «consécration» avec un standing ovation au Grand Journal de Canal +. Malgré cela, pour sa sortie officielle, le film ne reste que dans quelques salles en France pour deux semaines.
Revenons au sujet, le film en lui même. Vendu comme une captation mélangeant des scènes de fictions, on s’attendait à du 50/50. Décrit comme un film de Metallica, sur Metallica par Metallica, la prestation de presque une heure et demi sur grand écran ne laisse place qu’à … cinq minutes de fiction. Parfois incompréhensibles (sans vouloir vous spoiler), Lars Ulrich déclare laisser le spectateur se faire sa propre interprétation du film, comme s’il écoutait les paroles de James Hetfield. Je retiendrais, mine de rien, le culot qu’a pu avoir le groupe en finançant lui même son film et garder la main tout au long de la production (autrement dit, un vrai film indépendant). C’est rare.
jamesAutre folie folle, un concert en Antarctique. Non, vous ne rêvez pas, tout est vrai. Ils y sont là. Nos quatre gars vont interpréter leurs titres dans un endroit «dans lequel ils n’ont jamais joué». Tranquille.  Sachez tout de même que ce n’est pas le premier spectacle dans ce continent. En 2007, Nunatak (groupe de rock composé de scientifiques) a donné dans les mélodies pour un livestream afin de sensibiliser les viewers sur le réchauffement climatique.  Rien de très engagé pour nos rockers, par contre. Le sponsor principal de l’événement n’est autre que Coca-Cola. Le mois dernier ils ont tout de même annoncé qu’ils joueraient de manière silencieuse : « Nous jouerons dans un dôme et le concert sera retransmis par des casques auditifs. Aucun instrument ne sera amplifié ». (source : site officiel du groupe). Malheureusement, seuls les sud-américains ont la possibilité d’assister à cette expérience en gagnant des places via ledit soda, néanmoins le concert sera apparemment retransmis sur la toile (uniquement pour les pays concernés, mais il y a toujours moyen de moyenner).
Et la petite dernière folie :
Le Bieber exprime par la suite qu’il est fan du groupe depuis sa plus tendre enfance, pendant que les fans métalleux, eux, courent en masse purifier leur mémoires après avoir vu la vidéo sur les réseaux sociaux. Quelques jours plus tard, Lars Ulrich, interviewé par GQ dit  « Oui, nous sommes des Beliebers. Nous le respectons vraiment. Je pense que ce gosse est très talentueux et, au vu de tout ce qu’il a achevé jusqu’ici malgré son jeune âge, il est vraiment mature et déterminé. » Coup de buzz ou propos sincères ? Metallica étant un groupe «à l’ancienne» (je ne dis pas cela péjorativement mais dans le sens où leur méthode de travail reste quasiment la même depuis 20 ans), il se trouve que les Four Horsemen donnent seulement leur avis sur un autre artiste. Exit la barrière des genres, les critiques, les clashs, les rumeurs, les mauvaises interprétations, le groupe reste pour l’instant lui même sans peur de ce qu’on pensera de lui, et même… il s’en fout.
just
Des écarts ou juste de l’authenticité ? Alors qu’Ozzy Osbourne nous a tous fait pouffer de rire avec son «Who the fuck is Justin Bieber?» les monstres du rock gardent leurs entités éternelles, ce qu’ils représentent, pour toujours. En laissant toujours une empreinte dans le monde mainstream (appliquez cette règle à Ozzy, Manson, Guns n’ Roses et autres «grands artistes» rock), toujours à contre-courant.
Voilà comment on reconnait un grand groupe.
Et attendons de voir ce qu’ils nous réservent pour la suite.
Par Enarox
Publicités

Un commentaire

  1. Merci pour cet article … J’y ai appris des choses… 🙂
    Que je n’aurai pas forcement voulu savoir ^^’
    Il n’a pas le droit de faire ça a Fade to Black x)

    Bref.
    Je viens de connaitre ce site grace au reportage HellFest et je trouve ça super 🙂

    PS : Petite erreur sur « qu’il avaient » a propos de Napster ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s