Le consentement sexuel, une notion pourtant simple, non ?!

Un homme en bermuda vous fait-il frétiller les phéromones au point d’en oublier votre bienséance ? Non ? Alors pourquoi une mini jupe, un sourire ou un pas de danse un soir dans un bar impliqueraient-ils une notion de consentement sexuel ?

Je pose la question car il se trouve que dans un récent sondage fait par l’Ipsos en France, on découvrait que 27 % des Français pensent que si la victime portait une tenue sexy, elle est en partie responsable de son viol. Au calme, les gars. Donc il est encore nécessaire d’expliquer à ces personnes qu’en cas de viol, le seul est unique responsable c’est l’agresseur ?

Il me semblait pourtant que le consentement sexuel était une notion simple, concise et efficace comme on les aime, indispensable dans notre société et sincèrement conne comme bonjour à comprendre.

Si seulement ce 27% de débiles pouvait percuter de son importance.

Alors voilà, afin de combattre le taux abominable d’agressions sexuelles et de lutter contre la culture du viol, la campagne à but non lucrative Project Consent a diffusé trois courtes vidéos illustrant le principe du consentement à travers des sexes et/ou des attributs sexuels qui interagissent. Le but direct est d’expliquer de façon presque puérile ce concept apparemment trop obscur pour certains. Et heureusement, car il faut agir ! Nous parlons de 80 000 femmes victimes de viol chaque année ! C’est déplorable.

Pourtant, il n’y a pas mille alternatives, pas de choix cornélien à l’horizon, pas de zones grises ni de questions existentielles.

Formules mathématiques à l’appui :

non = non

silence ≠ oui 

Ø oui = non

non ≠ jeu du chat et de la souris 

On cesse donc de chier dans la colle maintenant. C’est comme ça et non autrement et tout autre interprétation est erronée!

Gardons à l’esprit également que le consentement s’adresse à tout le monde !

Malheureusement, la vidéo manque de diversité concernant les différentes formes de violences sexuelles. N’oublions pas que les hommes sont aussi victimes de viol !

Oui, il est vrai que le harcèlement de rue touche 100 % des femmes interrogées, et que les femmes, en France, sont plus souvent victime d’aggressions sexuelles que les hommes, mais leur consentement à eux existe aussi ! Et il n’est pas moins important !

Dans une enquête réalisée en 2006 par l’Inserm et l’Ined 16 % des femmes et 5 % des hommes déclarent avoir subi des viols ou des tentatives de viols au cours de leur vie. Ce pourcentage si faible du côté de ces messieurs révèle en réalité un terrible malaise : le viol des hommes est un tabou.

En mars 2014, le comédien Andrew Bailey partageait une vidéo poignante intitulée « Le viol c’est hilarant », dans laquelle il dénonçait le mythe autour du viol des hommes (y compris commis par des femmes).

Trop de personnes pensent qu’un homme ne peut pas se faire violer, alors pourquoi aurait-il à donner son consentement ?

Au risque de radoter, parce que :

non = non

silence ≠ oui 

Ø oui = non

C’est une loi universelle. Pour tous. Pour toute la vie.

 

 

Sugar

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s